Factors influencing the stability of iodine in iodized salt in the distribution chain in Burkina Faso

Factors influencing the stability of iodine in iodized salt in the distribution chain in Burkina Faso

Congress 2002

Poster Presentations

DE SANOU1, LS SANON2 et AM OUEDRAOGO1
1 Laboratoire National de Santé Publique, 09 BP 24 Ouagadougou 09, Burkina Faso
2Centre National pour la Nutrition, Burkina Faso

In the fight against iodine deficiency disorders (IDD), Burkina Faso has adopted a WHO conform regulation of the salt trade. The remaining problem is to maintain the levels of iodine in the salt so that the consumer can cover its need of iodine. It has been estimated that in Africa, an important part of the iodine initially present in the salt is lost between the production and the consumption.

We report a study of the factors influencing the loss of iodine of iodized salt from the import to the household. The study was done on three different types of salt (GHA, SEN, FRA) sampled at different levels (whole- sale, retailer and household). The results demonstrate a loss of iodine between the whole- seller and the household. The iodine concentration goes on average from 37 to 29 ppm for the GHA salt, from 132 to 78 ppm for the SEN salt and from 9 to 5 ppm for the FRA salt; which means losses of 20%, 36% et 50%, respectively. The analysis of the content of iodine in relation to handling shows that the most important factors for the retention of iodine in the salt were: the storage duration, the practices of the retailer, type of packing and the physical qualities of the salt. Multivariate analysis showed that no single factor is important alone. It is the combined action of several factors leading to important losses observed. We conclude that even if the salt was initially iodized at a high concentration, the consumer may consume insufficient quantities of iodine; especially since other factors like cooking and goitrogenic factors in the diet may result in further losses.

Facteurs influençant la stabilité de l''iode du sel iodé au cours de la distribution au Burkina Faso
DE SANOU1, LS SANON2 et AM OUEDRAOGO1
1 Laboratoire National de Santé Publique, 09 BP 24 Ouagadougou 09, Burkina Faso
2Centre National pour la Nutrition, Burkina Faso

Dans le cadre de la lutte contre les carences en iode, le Burkina Faso a adopté une réglementation sur la commercialisation du sel iodé conformément aux normes de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Le problème reste cependant le maintien de l’iode dans le sel de façon à ce qu’il parvienne au consommateur en quantité requise pour couvrir les besoins de l’organisme. On estime en effet qu’en Afrique, une partie importante de l’iode initialement présent dans le sel se perd entre sa production et sa consommation effective.

Le présent article rapporte les résultats d’une étude sur les facteurs de déperdition de l’iode du sel iodé depuis l’importation jusqu’au ménage. L’étude a porté sur trois types de sel (GHA, SEN, FRA) prélevés à différents niveaux (grossiste, détaillant et ménage). Les résultats montrent que la teneur du sel en iode diminue entre le grossiste et le ménage. Elle passe en moyenne de 36,93 à 29,4 ppm pour le sel GHA, de 131,9 à 77,5 ppm pour SEN et de 9,1 à 4,57 ppm pour FRA ; soit des pertes respectives de 20,39%, 35,97% et 49,78%. L’analyse de la teneur en iode en fonction des conditions de traitement et de commercialisation montre que les facteurs les plus déterminants pour le maintien de l’iode dans le sel sont : la durée de stockage et de conservation, les pratiques de vente au détail, le type d’emballage, la nature des récipients deconservation, la qualité physique du sel. L’analyse multivariée révèle qu’aucun facteur n’agit isolement. C’est leur action combinée qui justifierait l’important taux de déperdition observé. Il ressort donc que, même initialement présent dans le sel à forte concentration, l’iode peut parvenir au consommateur en quantité insuffisante surtout que d’autres facteurs comme la cuisson, les substances alimentaires goitrigènes peuvent entraîner des pertes supplémentaires.

This site forms part of the Health Knowledge Network for southern Africa